Traitement en cours...

Francais   Italiano   English   Deutsch

Actualités

Arrivée de l’ambroisie en Auvergne-Rhône-Alpes, informez-vous ! jeudi 27 juillet 2017

allergie_ambroisie_stadelpeter_t.jpg

Comme chaque année en Auvergne-Rhône-Alpes, c’est fin juillet/début août que débute la période de floraison des plants d’ambroisie. La dispersion de leurs pollens annonce des moments difficiles pour les personnes sensibles du fait de leur fort pouvoir allergisant.

Face à ces nuisances polliniques, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes propose des outils pour s’informer (carte de prévision) et lutter contre l’expansion de la plante (plateforme de signalement).

Pour se protéger, restez informés !

En 2017, les premiers grains de pollen d’ambroisie ont été observés dès le milieu du mois de juillet, mais c’est à partir du début du mois d’août que les niveaux deviendront véritablement gênants pour les personnes allergiques selon le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA), en particulier dans les fortes zones d’infestation.

Une carte de prévision hebdomadaire du risque allergique à l’ambroisie sera donc mise à disposition du public tous les vendredis au cours de la saison pollinique (août/septembre) en collaboration avec le RNSA sur la page ambroisie de notre site.

Ces cartes de prévisions permettent aux personnes allergiques ou sensibles d’adapter leur comportement et leur éventuel traitement médical aux conditions à venir.

Carte de prévision du risque Ambroisie

Exemple de Carte de prévision du Risque Allergique d’Exposition aux Pollens d’ambroisie (RAEP)

Lutte contre l’ambroisie : tous concernés !

La plateforme interactive Signalement-Ambroisie est un outil participatif pour lutter contre cette plante envahissante qui gagne du terrain sur le territoire et dont les grains de pollens sont un véritable enjeu de santé publique dans la région Auvergne-Rhône-Alpes (région française la plus touchée par l’ambroisie, en particulier dans la vallée du Rhône).

 

Lancée en 2014 par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes et ses partenaires (ARS, RNSA et Région Rhône-Alpes), la plateforme « Signalement Ambroisie » permet à chaque habitant de la région (y compris sur le territoire auvergnat) de signaler la présence de la plante (site internet, application mobile, mail et/ou téléphone) et ainsi d'alerter des référents sur le terrain, qui coordonneront les actions de lutte et de destruction des plants.

 

Partenaires : Agence Régionale de Santé Auvergne-Rhône-Alpes, Région Auvergne-Rhône-Alpes, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, RNSA, Valence Romans Sud Rhône-Alpes.

Devenez ambassadeurs de l’air ! mercredi 26 juillet 2017

Paysage Chamonix Mont-Blanc

La communauté de commune des Pays du Mont-Blanc recherche 6 jeunes volontaires âgés de 18 à 25 ans souhaitant s’investir au profit de la population et de la qualité de l’air de la vallée pour devenir des "Ambassad'R".

Votre mission ? Conseiller les résidents sur les bons gestes à adopter pour faire des économies d’énergie et réduire leur impact sur la qualité de l’air.

Les postes sont à pourvoir pour le 2 octobre et pour une durée de 7 mois.

Le Conseil d’Etat demande au gouvernement d’agir vite pour résorber la pollution de l’air mardi 18 juillet 2017

Conseil d'Etat (Fotolia #89580410-FineBokeh)

Le Conseil d’Etat – la plus haute juridiction administrative française - a rendu public mercredi 12 juillet un arrêt condamnant le gouvernement à prendre toutes les mesures nécessaires pour que soient élaborés et mis en œuvre des plans relatifs à la qualité de l’air permettant de respecter les valeurs limites réglementaires pour deux polluants problématiques faisant l’objet d’un contentieux avec l’Union Européenne : les particules (PM10) et le dioxyde d’azote (NO2).  

Cette décision fait suite à une procédure juridique de l’association les Amis de la Terre initiée à l’été 2015 à l’encontre du Président de la République, du Premier ministre et des ministres chargés de l’environnement et de la santé. A l’époque, ces demandes avaient été rejetées et le Conseil d'Etat saisi.

Selon Nicolas Hulot, Ministre de la Transition écologique et solidaire et Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, « la décision du Conseil d’Etat souligne la faiblesse des politiques conduites jusqu’à présent par l’Etat et les collectivités territoriales au regard de cet enjeu sanitaire majeur ».  Les ministres ont fait de la qualité de l’air une priorité de leur feuille de route commune. Le Conseil d’Etat enjoint au gouvernement de transmettre son plan d’actions à la Commission européenne avant le 31 mars 2018.

Le PPA de la Vallée de l’Arve fait peau neuve lundi 10 juillet 2017

Vallée de l'Arve - NL Ain et Pays de Savoie

Approuvé le 16 février 2012 et pour une durée de 5 ans, le Plan de Protection de l’Atmosphère (PPA) de la Vallée de l’Arve entre en phase de révision. L’occasion pour l’Etat de faire un bilan des actions mises en œuvre et de définir les mesures réglementaires et volontaires du prochain plan quinquennal.

Dans ce cadre, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes a réalisé une évaluation des mesures mises en œuvre (avec les informations transmises par l'Etat) afin d’estimer les gains obtenus sur les émissions de polluants et les niveaux de pollution (concentrations) auxquels sont exposés les habitants de la vallée.

Les mesures évaluées portent sur trois secteurs principaux : chauffage au bois, transport routier, industries/entreprises. Elles concernent des réductions pour les polluants problématiques dans la vallée, c’est-à-dire dépassant les seuils fixés par la réglementation : particules (PM10), dioxyde d’azote (NO2), benzo(a)pyrene.

Ces premiers résultats ont été présentés le 10 juillet à l’occasion du comité de pilotage chargé de la révision du plan. Le bilan complet sera mis à disposition ultérieurement. En attendant, vous pouvez consulter le diaporama de présentation et le dossier de presse réalisé par la préfecture de Haute-Savoie.

Pics de pollution : le préfet de région annonce un renforcement des mesures lundi 10 juillet 2017

Conférence de Presse juillet 2017 - Document cadre zonal

Le préfet de région et du Rhône, Henri-Michel Comet, a annoncé mercredi 5 juillet à l’occasion d’une conférence de presse, les nouvelles mesures adoptées pour disposer d’outils plus efficaces, précis et réactifs pour la gestion des épisodes de pollution. Ainsi, un nouvel arrêté cadre zonal approuvé le 22 mai 2017 vient d’entrer en vigueur. Ce document fixe les principes communs à l’ensemble des départements de la région pour la gestion des pics de pollution.

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes également présent à cette conférence de presse a pu apporter un éclairage sur l’état de la qualité de l’air dans la région, les tendances d’amélioration et l’efficacité des mesures de restriction de circulation sur les niveaux de pollution.

Un renforcement des procédures et une clarification du rôle de chacun.

Ce nouvel arrêté zonal permet :

  • D’être en cohérence avec la réglementation nationale (et donc avec les autres régions de France)
  • De mieux anticiper la persistance des épisodes en permettant le déclenchement de mesures d’urgence dès le 2ème jour (4ème jour auparavant).
  • De maintenir des mesures d’urgence en cas de fluctuation des niveaux de polluants pendant l’épisode afin d’éviter « l’effet yoyo ».
  • De garantir la cohérence des actions entre le niveau régional et les départements.
  • De renforcer la coordination avec les acteurs locaux, en particulier les collectivités.

 

La systématisation de la circulation différenciée

Cet arrêté zonal prévoit un plan gradué de mesures de limitation ou d’interdiction d’activités polluantes.  Parmi elles, l’arrêté fixe le cadre de la circulation différenciée (certificats Crit’air) qui se substituera à l’automne à la circulation alternée (plaques pairs/impairs), partout où cette mesure existait antérieurement (notamment à Lyon/Villeurbanne). 

Les modalités d’application de la circulation différenciée dans les différents départements seront précisées dans un arrêté spécifique par département, à paraitre durant l’automne 2017.

Il est donc fortement recommandé à celles et ceux qui ne l’ont pas encore fait de commander dès à présent leur certificat !

Mais les autres secteurs d’activité  ne sont pas oubliés, des actions contraignantes peuvent également être mises en œuvre dans les secteurs agricole et industriel et viser le chauffage et les chantiers.

Les citoyens-explorateurs de l’air du projet Mobicit’Air ont partagé leurs expériences le 19 juin : inspirant ! mardi 27 juin 2017

axe3ameliorer_ra16_microcapteur_teaser.jpg

Mesurer sa propre exposition à la pollution atmosphérique grâce à un micro-capteur portatif : c’est le « jeu » auquel se sont prêtés 30 habitants de la région grenobloise dans le cadre du projet Mobicit’air.  Cette étude, conduite sous un angle sociologique, vise à évaluer si la mesure personnelle de l’exposition à la pollution permet à chacun de mieux comprendre et donc agir. La soirée organisée avec les expérimentateurs le 19 juin a permis de partager les résultats, les expériences individuelles et d’envisager une suite à plus grande échelle.

Entre octobre 2016 et avril 2017, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes a mis à disposition de 30 citoyens de la région grenobloise un micro-capteur de particules fines permettant d’évaluer sa propre exposition en temps réel. Cette étude sociologique avait pour objectif de répondre aux questions suivantes :

  • La mesure par soi-même permet-elle une montée en compétence et une meilleure compréhension des enjeux ?
  • L’évaluation en temps réel induit-elle un changement de comportement ?
  • Le dispositif est-il déployable à grande échelle ? Quelles améliorations techniques faut-il apporter pour rendre le kit plus opérationnel ?

L’étude Mobicit’air confirme que la mesure personnelle place le citoyen en situation d’acteur. En effet, les micro-capteurs constituent un outil puissant d’appropriation, à la condition toutefois de pouvoir obtenir des réponses expertes aux questions que la mesure individuelle soulèvent. Autre enseignement important : le micro-capteur peut devenir un vecteur de communication puissant de citoyens à citoyens.

Le 19 juin, les expérimentateurs et les partenaires du projet se sont réunis lors d’une soirée qui a permis de présenter les coulisses du projet, de montrer les résultats et d’échanger sur les expériences de chacun. Cette soirée conclut l’expérimentation Mobicit’air et le passage à la construction d’un dispositif à plus grande échelle qui verra le jour dans quelques mois. D’ici, là rendez-vous pour la Journée Nationale de la Qualité de l’Air qui sera une nouvelle occasion d’expérimenter les micro-capteurs dans la région grenobloise.

Merci aux expérimentateurs pour leur contribution à ce premier pas !

La projet Mobicit’air est conduit par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes en partenariat avec Sarah DUCHE de l’Institut de Géographie Alpine et Stéphane LABRANCHE, sociologue enseignant chercheur. Le projet est réalisé avec le soutien de Grenoble-Alpes Métropole dans le cadre du programme d’actions Métropole respirable soutenu par l’Etat ainsi que par la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

mobicit'air2

 

Mobicit'air1

 

Restitution Mobicit'air1
Restitution Mobicit'air2

Samedi 24 juin : Journée Internationale de l’ambroisie ! vendredi 23 juin 2017

ambroisie_retour_t.jpg

Comme chaque année, le premier samedi de l’été marque la tenue de la journée internationale de l’ambroisie. La 6ème édition se déroulera donc ce samedi 24 juin, l’occasion de rappeler l’importance de la prévention et de la lutte contre cette plante au fort pouvoir allergisant.  

En dix ans, le taux de ménages avec au moins un cas d’allergie a significativement augmenté, passant de 19% à 25% en Rhône-Alpes, territoire français le plus touché(Etude de la prévalence de l’allergie à l’ambroisie en Rhône-Alpes). La population étant de plus en plus concernée par ce pollen au fort pouvoir allergisant, les actions de prévention et de lutte sont nécessaires.  

Animations en région pour la Journée Internationale

L’observatoire des ambroisies propose un recensement des événements sur www.ambroisie-blog.org. Renseignez-vous et agissez contre cette plante invasive ! 

Une application régionale pour faciliter l’arrachage des plants d’ambroisie

L’Agence Régionale de Santé en Rhône-Alpes (ARS), la Région Auvergne-Rhône-Alpes, le RNSA et Atmo Auvergne-Rhône-Alpes ont créé en 2014 la plateforme participative “Signalement ambroisie”, sur la base d’une initiative de Valence Romans Agglo. Forte de son succès et de son intérêt, l’accès à cette plateforme est ouvert à l’ensemble des régions françaises depuis 2016, elle est désormais gérée par le Ministère des Solidarités et de la Santé. 

Elle permet à chaque citoyen de devenir acteur de la lutte contre cette plante invasive et dangereuse pour la santé. Vos signalements sont directement transmis et pris en compte par un référent communal, qui coordonnera alors les actions de lutte pour éliminer la plante. 

Si vous aussi vous souhaitez vous joindre à la communauté des « chasseurs d’ambroisie », la plateforme est accessible sur www.signalement-ambroisie.fr, sur l’app store, google play.  

Des prévisions hebdomadaires et annuelles pour anticiper et mieux comprendre la dispersion du pollen d’ambroisie 

Une prévision hebdomadaire du risque allergique lié aux pollens d’ambroisie est mise à disposition d’août à octobre sur notre site internet afin d’informer les personnes allergiques au cours de la saison pollinique et leur permettre d’adapter leur comportement et leur traitement médical en conséquence.  

En outre, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes calcule chaque année l’exposition annuelle des habitants de la région afin d’apporter des éléments d’évaluation des plans d’actions : en 2016, plus de 5 millions de personnes habitant en Auvergne-Rhône-Alpes (toutes confondues, allergiques ou pas) ont été exposés plus de 20 jours à un Risque Allergique d’Exposition aux Pollens (d’ambroisie) supérieur à 3, à partir duquel les symptômes de l’allergie se manifestent. 

Le rapport d'activité 2016 d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes est en ligne ! jeudi 22 juin 2017

Région Auvergne-Rhône-Alpes

A l'issue de son Assemblée générale qui s'est tenue le 26 juin 2017 à la cité des Mobilité de Bron, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes publie son rapport annuel 2016 

A l'ordre du jour de l'Assemblée générale

L'Assemblée générale d'Atmo Auvergne-Rhône-Alpes s'est tenue le 26 juin 2017 à la cité des Mobilité de Bron en présence des administrateurs et de la direction d'Atmo Auvergne-Rhône-Alpes. Pour la première fois, les acteurs du monde agricole (Chambre Régionale de l'Agriculture Auvergne-Rhône-Alpes et Fédération Régionale des Syndicats d'Exploitants Agricole) étaient présents.

intervention_philippe_royer_AG260617.jpg

Philippe Royer, directeur du service de l'air, du bruit et des rayonnements non ionisant (SABRA) du canton de Genève était notre invité.  Il a témoigné du partenariat enrichissant avec Atmo Auvergne-Rhône-Alpes depuis 2013 dans le projet G2AME (Grand Genève Air Modèle Emissions) qui se poursuit aujourd'hui avec Pact'air (Programme d’ACtions Transfrontalier pour la qualité de l’AIR du Grand Genève). Vous retrouverez  le contenu de son intervention.
A ce titre, Eric FOURNIER, Président d'Atmo Auvergne Rhône-Alpes a souligné l'importance des projets européens. Au-delà de l'harmonisation des outils et de l'amélioration des connaissances, ces collaborations permettent de mettre en place des actions d'amélioration de la qualité de l'air à de plus grandes échelles.

ag_260617.jpg

Lors de cette Assemblée générale ont été présentés l'activité de l'année 2016, les résultats, les évolutions et les projections budgétaires d'Atmo Auvergne-Rhône-Alpes. La modification de la répartition des financements conduit à une réflexion d'un nouveau modèle économique pour assurer la pérennité et un équilibre dans les financements de l'observatoire sur ces prochaines années.
Les grandes lignes du nouveau programme de surveillance de Qualité de l'air 2017-2021 ont également été présentées : nouveaux enjeux, nouveaux métiers, adaptation de la surveillance, orientations stratégiques, missions fondamentales de l'observatoire. Le document complet sera publié prochainement mais vous pouvez consulter dès à présent la synthèse du PRSQA 2017-2021.

logo_attitude_rse_petit.jpg

Enfin, cette réunion a permis de faire le point sur l’engagement de la structure dans une démarche Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE). Un groupe de salariés a élaboré une stratégie basée sur une consultation des parties prenantes. 5 engagements ont été définis et se traduiront par un programme d'actions à la rentrée 2017.

Sortie du rapport annuel 2016

Le rapport d'activité a été approuvé par les membres de l'Assemblée générale.
Retrouvez dès à présent les travaux qui ont marqué l'année 2016, les bilans départementaux et régionaux de qualité de l’air, les cartes annuelles interactives, les innovations et consultez le Rapport annuel 2016 d'Atmo Auvergne-Rhône-Alpes.

Premier épisode de pollution par l’ozone en Auvergne-Rhône-Alpes mercredi 21 juin 2017

Ciel bleu soleil

La région Auvergne-Rhône-Alpes subit actuellement un épisode de pollution dû à des taux élevés d’ozone (O3). L'ensoleillement et les premières grosses chaleurs sont favorables aux réactions photochimiques transformant des polluants précurseurs en ozone, à faible altitude.

carte_pollution_21062017

Les conditions météorologiques caniculaires (dispositif de vigilance canicule activé sur 9 des 12 départements de la région) sont favorables à une transformation des émissions polluantes en ozone, dont les concentrations augmentent progressivement sur la région au fil des jours.

Lundi 19 juin, les niveaux se sont rapprochés du seuil d’information et de recommandations. Ce seuil a effectivement été atteint mardi 20 juin et mercredi 21 juin dans le bassin grenoblois. Compte tenu de la persistance de l'épisode sur le bassin grenoblois, le dispositif est passé au niveau d'alerte. Les autorités préfectorales ont alors activé un dispositif destiné à protéger les populations et à réduire les rejets de polluants avec la mise en oeuvre d'actions, notamment sur le trafic routier : limitation de vitesse, puis une interdiction de circulation pour les véhicules les plus anciens, dans le cadre de l'arrêté préfectoral du 9 décembre 2016. Plus d’informations sur le site de la Préfecture de l’Isère.

Les concentrations ont également été élevées sur le reste de la région avec l’activation du dispositif préfectoral d’information et de recommandations  sur le bassin lyonnais Nord-Isère, le mardi 20 juin, puis à nouveau à partir du jeudi 22 juin.

Jeudi 22 ont encore dépassé ou approché les seuils réglementaires sur plusieurs zones (bassin grenoblois, bassin lyonnais, ouest Ain, Pays de Savoie,...

Vendredi 23, les taux d'ozone resteront encore élevés et le seuil d'information et de recommandations pourrait à nouveau être franchi ponctuellement dans la région, la vigilance reste de mise. 

Samedi 24, une baisse des taux d'ozone se profile, avec un changement de masse d'air prévu par Météo France (arrivée d'un flux de nord-ouest, baisse progressive de la température).

 

L’ozone c’est quoi ?

L’ozone est un polluant dit « secondaire », il n’est pas directement rejeté par une source de pollution, et n’est donc pas présent dans les gaz d’échappement des véhicules ou les fumées d’usine. Il se forme par une réaction chimique initiée par les rayons UV (Ultra-Violet) du soleil, à partir de polluants dits « précurseurs de l’ozone », dont les principaux sont les oxydes d’azote (NOx) et les composés organiques volatils (COV), qui eux proviennent de sources diverses comme le transport routier, l’industrie (solvants organiques), etc.

Cycle ozone
L’ozone : bon ou mauvais ? Il faut bien faire la différence entre deux types d'ozone :
- A très haute altitude, dans la stratosphère, l’ozone est un gaz naturellement présent. Il forme la « couche d'ozone » qui filtre et nous protège des rayons solaires ultraviolets.
- A basse altitude, dans la troposphère, l’ozone est présent en faible quantité. Lorsque sa concentration augmente, il est considéré comme un polluant dit « secondaire » car il se forme par réaction chimique entre des gaz précurseurs (NOx, COV et CO). Ces réactions sont amplifiées par les rayons solaires.

Quels sont les effets sur la santé et l’environnement ?

Les effets de la pollution à l’ozone sont multiples et concernent différents éléments : la santé, la végétation, les bâtiments…

Concernant la santé, les enfants, les personnes âgées, les asthmatiques, les insuffisants respiratoires sont particulièrement sensibles à la pollution par l’ozone. Des taux élevés de ce gaz irritant peuvent provoquer toux, inconfort thoracique, essoufflement, irritations nasale et oculaire. La présence importante d’ozone peut également augmenter la sensibilisation aux pollens. Lorsque le taux ambiant d’ozone augmente, une élévation des indicateurs sanitaires (mortalité anticipée, admissions hospitalières, etc.) est observée dans les jours qui suivent.

Effet Santé Ozone

L’ozone a également des effets sur l’environnement en perturbant la croissance de certaines espèces végétales et en entraînant des baisses de rendement dans les cultures. Il contribue par ailleurs à l’effet de serre. Enfin, il attaque et dégrade certains matériaux (le caoutchouc par exemple).

Comment être informé lors d’un épisode de pollution ?

C’est simple, rendez-vous à la rubrique « Abonnement newsletter » et choisissez de recevoir dans votre messagerie : les épisodes de pollution, le bulletin quotidien, le bulletin hebdo de l'air….

Où trouver les prévisions de la qualité de l’air ?

Consultez les prévisions pour le jour et le lendemain sur www.atmo-auvergnerhonealpes.fr, pour les territoires qui vous intéressent.

 

Les missions confiées aux AASQA détaillées dans un nouvel arrêté mercredi 21 juin 2017

assemblée.jpg

L’arrêté, publié le 22 avril au Journal Officiel, modifie la réglementation relative à la surveillance de la qualité de l'air et précise en particulier le rôle des Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l'Air (AASQA) dont le nombre des missions réglementaires s'allonge.

La relation entre l'Etat et les Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l’Air se fonde historiquement sur un agrément ministériel renouvelable et valable pour trois années, ainsi qu’une lettre de cadrage explicitant annuellement les priorités du ministère auxquelles devaient répondre les AASQA. Dans le nouvel arrêté (du 19 avril 2017), le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire a, pour la première fois, détaillé les missions confiées par l’Etat aux Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l’Air.

Les missions principales sont les suivantes : 

  • La surveillance et la prévision de la qualité de l'air ;
  • L'information quotidienne des autorités et du public ;
  • La mise à disposition d'information pour les porter-à-connaissance prévus par le code de l'urbanisme ;
  • La fourniture gratuite et libre d'informations au LCSQA et au consortium PREV'AIR ;
  • La réalisation des inventaires régionaux spatialisés des émissions ;
  • L'évaluation de l'impact des réductions d'émissions prévues par les dispositions des plans de protection atmosphérique ;
  • La contribution aux programmes CARA et MERA

© Copyright 2007 - 2017    -    Un bug ? Une idée ? Contactez le Webmaster

Page créée en 0.0020492076873779 secondes.