Traitement en cours...

Francais   Italiano   English   Deutsch

Actualités

L'état de la qualité de l'air en Europe de 2010 à 2019 - rapport de l’Agence européenne pour l’environnement Thursday 2 September 2021

drapeaux_europeens_fotolia_73675347_t.jpg

Fin août, l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) a publié une analyse des progrès accomplis par les 27 États membres sur les objectifs de réduction d’émissions et les niveaux maximaux annuels d'émission fixés pour la période 2010-2019, au titre de la Directive sur les engagements nationaux de réduction des émissions (NEC). Elle évalue également les efforts encore nécessaires par chaque État membre pour atteindre les engagements de réduction des émissions pour la période 2020-2029 et à partir de 2030 au titre de la directive NEC.

Quels sont les polluants concernés par l'analyse de l'AAE ?

Dans son rapport, l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) analye les 5 polluants suivants :

  • L’oxyde d’azote (NOx),

  • Le dioxyde de soufre (SO2),

  • Les composés organiques hors méthane (COVNM),

  • Les PM2,5

  • L’ammoniac (NH3).

Retours clés du rapport sur l'état de la qualité de l'air en Europe durant la dernière décénnie

  • La réduction des émissions d’ammoniac (NH3) continuera d'être un défi majeur. Presque tous les États membres doivent réduire leurs émissions pour atteindre leurs engagements à l'horizon 2030, et neuf d'entre eux, dont la France, doivent réduire leurs émissions de plus de 10 %. L'Allemagne était le plus grand émetteur de NH3, suivie de la France et de l'Espagne.

  • Tous les États membres, à l'exception de l'Estonie, doivent réduire leurs émissions de NOx. Pour de nombreux pays, la diminution requise est significative, 10 pays doivent réduire de plus de 30 %, dont la France. En valeur absolue, l'Allemagne a été le premier émetteur de NOx en 2019, suivie de la France et de la Pologne.

  • La majorité des pays (19) doivent prendre des mesures pour réduire les émissions de PM2.5. Sept États membres, dont la France, ont besoin de réduire leurs émissions de plus de 30 %. L'Italie a été le plus grand émetteur de PM2.5 en 2019, suivie de la France et de la Pologne.

  • Quinze États membres ont déjà atteint leur engagement de réduction des émissions de SO2 à l'horizon 2030.

  • Neuf États membres ont déjà atteint leurs engagements pour 2030 de réduction pour les émissions COVNM. La France a été le plus grand émetteur de COVNM en 2019, suivie de l'Italie et de l'Allemagne.

Rappel des objectifs à atteindre pour 2030 en matière de qualité de l'air

À l'horizon 2030 et au-delà, tous les États membres doivent abaisser les niveaux d'émission pour au moins un polluant.

Dans son Deuxième rapport de perspective (CE, 2021b), la Commission a conclu que les mesures annoncées par les États membres dans leurs programmes nationaux de réduction de pollution de l'air ne seront pas suffisantes pour réduire les émissions NH3 à la hauteur des résultats attendu pour 2030.

« Des politiques efficaces et solides dans les secteurs de l'énergie, de l'industrie, des transports et de l'agriculture sont essentielles pour garantir le respect des engagements de réduction à l'horizon 2030 » conclut l’AEE.

 

Zoom sur les résultats de la France
Pour la France devra poursuivre ses efforts en matière de réduction des émissions dues au chauffage, aux transports et à l'agriculture. Les objectifs à atteindfre concernent trois polluants : 
- réduire de plus de 30% ses émissions de Nox d’ici 2030,
- réduire de 30% également ses émissions de particules fines type PM 2.5,
- des mesures devront être mises en place afin de réduire de plus de 10% ses émissions de NH3.
 
 

Le rapport du GIEC confirme l’importance des actions air-climat-énergie Friday 27 August 2021

guillaume-de-germain-6xw9wmjyhus-unsplash.jpg

Pour la première fois, les experts du GIEC appellent à des actions combinées pour améliorer l'air et le climat. Une prise de position saluée par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes qui s'engage depuis de nombreuses années aux côtés de ses partenaires à la mise en oeuvre d'actions favorisant les synergies air-climat-énergie.

 

Allier air et climat : l'appel du GIEC

« Des réductions fortes et soutenues des émissions de dioxyde de carbone (CO2) et d’autres gaz à effet de serre limiteraient le changement climatique. Alors que la qualité de l’air en bénéficierait rapidement, la stabilisation des températures mondiales pourrait prendre 20 à 30 ans »  (Source : Premier volet du 6ème rapport d’évaluation du GIEC– août 2021). 

Le GIEC est le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat qui évalue l'état des connaissances sur l'évolution du climat, ses causes et ses impacts. Son dernier rapport alerte sur le fait que le climat est en train de changer bien plus rapidement que prévu et cela partout dans le monde. Et pour la première fois, il souligne aussi l'importance de mener des actions actions combinant des bénéfices air-climat-énergie

 

 

Air et climat : pourquoi travailler en synergie ? 

Amélioration de la qualité de l’air, transition énergétique et adaptation au changement climatique sont étroitement liés.
Les actions qui visent à réduire les consommations d'énergie, les émissions de gaz à effet de serre ont généralement un effet positif sur les émissions de polluants atmosphériques locaux. Cependant, dans certains cas, les actions en faveur du climat peuvent dégrader la qualité la qualité. Ainsi, il est essentiel d’aborder les enjeux air, climat et énergie dans une démarche intégrée et cohérente de manière à ce que les politiques mises en œuvre valorisent les synergies et maitrisent les antagonismes.

Initialement traitées indépendamment les unes des autres, les thématiques Air, Climat et Energie font désormais partie de plans d’actions intégrés comme le Schéma Régional d'Aménagement, de Développement Durable et d'Egalité des Territoires, ainsi que les Plans Climat Air Energie Territoriaux (PCAET). Les récentes annonces du GIEC incitent à aller plus loin. Aussi, les politiques d’aménagement du territoire, d’urbanisme, de mobilité, etc. pourraient tenir compte de façon conjointe des enjeux liés à l'air, au climat et à l'énergie.

Depuis de nombreuses années, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes est un observatoire engagé aux côtés des collectivités locales et territoriales pour la mise en œuvre d’actions complémentaires en faveur de l’air, du climat et de la transition énergétique. A titre d'exemple, Atmo a accompagné 40 PCAET en 2020.

activitehumaine.png

 

Les secteurs d'activité à cibler en priorité

En Auvergne-Rhône-Alpes, les transports routiers, le chauffage, l'agriculture et l’industrie sont les plus gros émetteurs de polluants de l’air et du climat (GES et CH4). C’est donc sur ces trois secteurs d’activité qu’il faut agir en priorité. 

infographies_plan_de_travail_1.png

Agir de manière concertée pour l'air et le climat

À bien des égards, l’amélioration de la qualité de l’air peut également favoriser les efforts entrepris pour atténuer le changement climatique et vice versa. Mais cela n’est pas systématique. Les politiques de l’air et du climat doivent être établies de manière concertée sur des scénarios gagnant-gagnant.

 

araenjeux-communsvdef_page_3.png

 

 

Retour de la saison de l’ambroisie, fléau pour les personnes allergiques Tuesday 3 August 2021

actu_teaser_ambroisie.jpg

Les personnes allergiques à l'ambroisie la connaissent bien, les autres, peut-être un peu moins et pourtant le pollen d’ambroisie est un fléau puisque environ 20% de la population nationale y est allergique. Le mois d’août sonne la reprise de la saison pollinique, elle dure généralement deux mois (août/septembre).

Compte tenu des conditions météorologiques qui ont régné depuis le début de l'année, le RNSA donne la date du 11 août pour l'apparition des premiers symptômes liés au pollen d'ambroisie. Du fait de son fort pouvoir allergisant, les personnes sensibles pourront être rapidement affectées.

Face à ces nuisances polliniques, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes propose des outils pour s’informer (carte de prévision du risque allergique) et incite à l'utilisation d'une plateforme de signalement de présence de la plante, afin de lutter contre son expansion.

Pour mieux appréhender les enjeux sanitaires de cette plante envahissante, voici 5 choses à savoir sur l’ambroisie :

 

1 - Comment la reconnaître ?

C’est une plante envahissante qui est apparue pour la première fois en France à la fin du XIXe siècle. Elle provient d’Amérique du Nord et l’Homme est le vecteur principal de son introduction et de son expansion. Elle pousse préférentiellement dans les cultures de printemps et plus particulièrement le tournesol, le long des routes, des voies ferrées, des vergers etc.

 

stade_developpement_ambroisie.jpg

Depuis environ 20 ans, l’ambroisie est en pleine expansion et colonise une grande partie du territoire français. Les pollens sont libérés d’août à septembre avec généralement un pic vers la mi-août. La région Auvergne-Rhône-Alpes est la plus concernée du territoire français.

ambroisie_france.jpg

2- En quoi elle-est dangereuse pour la santé ?

actu_allergie_ambroisie_teaser.jpg

Quelques grains de pollen d’ambroisie par mètre cube d'air sont suffisants pour que des symptômes apparaissent chez les personnes sensibles : rhinite, éternuements, écoulement et/ou obstruction du nez, conjonctivite,  toux, urticaire, asthme... autant de maladies très handicapantes, mais aussi coûteuses en soin.

En Auvergne-Rhône-Alpes, un peu moins de 20 % de la population sont allergiques au pollen d’ambroisie, ce qui génère pour des coûts de santé estimés à plus de 40,6 millions d’euros en 2017 (Etude de l’ORS : Observatoire Régional de la Santé Auvergne-Rhône-Alpes.)

 

« Un coût moyen qui s’élève à 62 euros par personne ayant consommé des soins remboursés en lien avec l’allergie à l’ambroisie. Les départements du Cantal, de la Drôme et de l’Isère enregistrent des coûts moyens par personne plus élevés que la moyenne régionale, avec des coûts allant jusqu’à 70 euros par personne dans le Cantal. »

Agir contre l'expansion de cette plante est un enjeu majeur de santé publique qui requiert l'implication de tous.

3- Comment se tenir informer sur la prévision du risque allergique ?

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes s'appuie sur des outils d'inventaire de la plante et de simulation de dispersion des grains de pollens dans l'air pour évaluer la zone d'influence de la plante.

Une carte de prévision hebdomadaire du risque allergique à l’ambroisie est donc mise à disposition tous les vendredis au cours de la saison pollinique (août/septembre), dès le 6 août, en collaboration avec le RNSA sur la page ambroisie de notre site. Elle sera également publiée tous les vendredis sur Facbook et Twitter

Ces cartes de prévision permettent aux personnes allergiques ou sensibles d’adapter leur comportement et leur éventuel traitement médical aux conditions à venir.

Pour recevoir le bulletin chaque semaine, vous pouvez également vous abonner à nos bulletins ! 

ai_carte_pollen_ambroisie_fb.png

Carte de prévision du Risque Allergique d’Exposition aux Pollens d’ambroisie (RAEP) pour la semaine du 3 au 10 septembre 2021

En 2020, la synthèse de l'exposition aux pollens d'ambroisie révèle que 67 % (soit 5,2 millions d’habitants) de la population de la région Auvergne-Rhône-Alpes sont potentiellement exposés à plus de 20 jours à un risque allergique à l'ambroisie supérieur ou égal à 3 (moyen à très élevé). La zone la plus touchée reste le sillon rhodanien et le nord de l’Auvergne.

Concernant l’évolution par rapport à 2019, l’intensité et la durée d’exposition sont en hausse sur le sillon rhodanien, le Puy-de-Dôme et le Cantal. Enfin, le niveau de fond de l‘exposition a légèrement augmenté. Après une année 2019 marquée par un repli ponctuel du risque allergique à l’ambroisie, l’année 2020 a de nouveau vu un accroissement de la population soumise à cette nuisance.

Consultez le bilan régional 2020 de l'exposition aux pollens d'ambroisie

4- Comment venir à bout de cette plante coriace ?

Seul moyen de venir à bout de cette plante coriace : l'arrachage vant la floraison.

Si vous identifiez des plants d’ambroisie, adoptez le bon comportement :

  • Sur ma propriété : je l'arrache !

  • Hors de ma propriété et sur un terrain public, s'il y a seulement quelques plants : je l'arrache !

  • Hors de ma propriété, s'il y a en a beaucoup : je signale la zone infestée grâce à la  plateforme interactive Signalement-Ambroisie.

 

150623_journee_ambroisie_smartphone.jpg

La plateforme Signalement Ambroisie est un dispositif participatif permettant à chaque habitant de la région d’identifier des plants d’ambroisie et de les signaler, par différents canaux :

 

Voici également des outils de sensibilisation, proposées par FREDON Auvergne-Rhône-Alpes (chargé de la coordination et de l'animation du plan régional de lutte contre l'ambroisie)  qui réalise des formations à la reconnaissance et la gestion de l’ambroisie à feuille d’armoise. Ces formations s’adressent aux différents acteurs locaux (agents communaux, paysagistes, agents d’infrastructures linéaires longues, entreprises de BTP…)

Retrouvez également le communiqué de presse du Réseau National de Surveillance Aerobiologique (RNSA) et Observatoire des espèces à enjeux pour la santé sur l'arrivée des pollens d'ambroisie

 

Rappel des bons gestes vis à vis du pollen d'une manière générale

infographie_bonsgestes_pollens.png

5 - Quels sont les plans de lutte départementaux ?

La coordination de l’ensemble des acteurs locaux dans la lutte contre l’ambroisie est primordiale devant l’enjeu de santé publique et pour tenter de réduire ses impacts sur la santé publique et les couts de santé engendrés. Cette coordination s’exprime de manière opérationnelle par différents programmes d’actions, dont : 

  • L’instruction ministérielle du 20 août 2018 relative à l’élaboration d’un plan d’actions local de prévention et de lutte, préconisant la rédaction de plans d’actions départementaux de prévention et de lutte contre l’ambroisie dans les départements où la présence de ces végétaux envahissants est constatée ou susceptible de l’être.

Journée nationale de la qualité de l’air 2021 : inscrivez vos événements et projets dès maintenant ! Tuesday 13 July 2021

img_jnqa2021_teaser.jpg

La Journée nationale de la qualité de l'air 2021 aura lieu le jeudi 14 octobre.

Organisée par le Ministère de la Transition écologique et solidaire en partenariat avec le réseau national des Associations Agréées pour la Surveillance de la Qualité de l’Air (AASQA), la journée nationale de la qualité de l’air a pour objectif de favoriser la mobilisation individuelle et collective pour sensibiliser les citoyens à l'importance de respirer un air de bonne qualité. 

Pour cela, collectivités, entreprises, associations, écoles, citoyens sont invités à organiser et à participer à des évènements qui pourront montrer les bonnes pratiques pour lutter contre la pollution de l'air : conférences, portes-ouvertes, expositions, expérimentations, jeux, etc.

Tous les événements organisés entre le 11 et le 17 octobre peuvent être labellisés "JNQA" en les enregistrant sur la plateforme nationale dédiée. À noter : les événements doivent respecter les mesures en vigueur dans votre région dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. Pour que cette journée soit une réussite malgré le contexte, n’hésitez pas à proposer des actions virtuelles ou respectant les mesures appropriées.

 

appel_projets.jpg

N'hésitez pas à télécharger le kit de communication de la journée nationale de la qualité de l'air composé des docuements suivants  : 

 

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes à vos côtés pour sensibiliser

Vous souhaitez réaliser un projet pour la journée nationale de la qualité de l’air ? 

Atmo Auvergne-Rhône-Alpes met à votre disposition des outils de communication et de sensibilisation. 

Tous ces supports sont librement téléchargeables sur notre site Internet. 

Nous pouvons également vous envoyer gratuitement des supports papier sur demande (adressez-nous votre demande). De même, si vous ne disposez pas d’une connexion Internet sur votre événement, nous vous proposons de vous mettre sur clé USB les vidéos que vous souhaitez diffuser. 

• Consulter nos documents de sensibilisation (affiches, flyers)
• Consulter toutes nos vidéos
• Découvrir notre visite virtuelle de station de surveillance
• Consulter les outils pédagogiques air extérieur et santé réalisés par nos partenaires

 

« L’air à la loupe », l’ exposition d’Atmo
Il nous est vital, il est présent partout et pourtant nous le connaissons mal. 
Pour que l’air n’ait plus de secret pour vous, découvrez et faites découvrir cette exposition. 
Elle se compose de 14 panneaux que vous pouvez emprunter en totalité ou de manière partielle.
3 jeux complets sur pieds et 5 versions posters sont mis à disposition, (en priorité aux membres d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes).
Pour plus d’informations ici

 

exposition_lair_a_la_loupe_full.jpg

Webin’AIR PPA de l'agglomération clermontoise : Informez-vous sur la qualité de l’air et donnez votre avis ! Wednesday 23 June 2021

teaser_webinaire_ppa-visuel.png

La DREAL Auvergne-Rhône-Alpes organise un webinaire de concertation sur les enjeux de la qualité de l’air le 28 juin prochain à 18 h. Cette réunion s’inscrit dans le cadre de la révision du plan de protection de l’atmosphère (PPA) de l’agglomération clermontoise.

Quelle est la différence entre pollution de l’air et gaz à effet de serre ? Qu’est-ce qu’un polluant primaire ? D’où viennent l’ozone et les particules fines ? Quel est l’impact de ces pollutions sur les écosystèmes naturels, l’agriculture, le patrimoine bâti ? Comment mesure-t-on la pollution atmosphérique ? Quelles sont les pistes pour la réduire ? Comment agissent et collaborent l’État, les collectivités, les acteurs économiques et les associations ?

La qualité de l’air est un sujet parfois technique, pourtant il nous concerne tous, que l’on soit parent, étudiant, travailleur ou retraité. Son impact sur notre santé n’est plus à démontrer et nous sommes, dans nos pratiques et nos habitudes, l’un des principaux leviers de son amélioration. Encore faut-il en comprendre les enjeux et mieux connaître les pistes d’action !

Lors de ce webinaire introduit par le préfet du Puy de Dôme, découvrez les enjeux de la pollution atmosphérique en compagnie d’experts et agissez concrètement pour l’amélioration de la qualité de l’air en proposant vos idées !

Webinaire de concertation le 28 juin 2021 de 18h à 20h.

20 juin 2021 : baisse significative et généralisée des taux de particules en fin de journée Sunday 20 June 2021

wavy-sandy-texture-on-the-dunes-in-the-desert-scene-adventure-africa-african-arabian-arabic_t20_vwnqxw.jpg

Dès vendredi soir, des particules sahariennes étaient présentes dans l’air de notre région. Samedi et Dimanche matin, les taux sont restés élevés, notamment dans l'est de la région. Mais durant l'après-midi, la situation s'est considérablement améliorée, avec l'arrivée d'orages et l'évacuation de la masse d'air vers l'est, en dehors de notre région. Les taux de particules ont baissé, retrouvant de faibles niveaux, plus habituels pour la saison...

 

Situation ce dimanche 20 juin 2021 à 20h

En fin de journée de vendredi 18 juin, une élévation assez marquée des taux de particules PM10 a été relevée dans notre région, notamment dans les bassins stéphanois et Lyonnais, et dans l'Ain. 

Samedi 19 juin, la quasi-totalité de la région a été sous influence des poussières minérales désertiques, avec une augmentation des teneurs très tardive dans certains secteurs, en fin d'après-midi. Plusieurs de surveillance ont enregistré un dépassement du seuil journalier d'information. 

Dans la nuit de samedi à dimanche, les orages survenus dans l'ouest de la région ont conduit à une baisse sensible des concentrations en Auvergne.

Dimanche 20 juin, les taux de particules PM10 sont restés élevés en matinée, toujours sous l'influence d'une masse d'air en provenance du sud et chargée en poussières désertiques. Mais cette masse d'air s'est progressivement évacuée vers l'est, hors de la région. De plus, des orages assez généralisés ont permis de lessiver l'atmosphère. Une baisse de la concentration a donc été observée dans la région. 

Concentrations horaires de particules PM10 (en µg/m3) en quelques sites de la région du 17 juin au 20 juin à 20h

pm10_data

 

Concentrations horaires de particules PM10 (en µg/m3) mesurées dans les différents sites de la région le 20 juin à 20h

pmcarte20juin.png

 

Comment un désert situé à des milliers de kilomètres peut-il contribuer à un épisode de pollution local ?
 

Il n’est pas rare qu’au début de la période estivale ce phénomène se produise. En effet, suite au réchauffement des sols en Afrique, des dépressions se forment et entrainent des vents violents mettant en suspension des grains de sable. Ceux-ci pulvérisent les argiles en percutant les sols, ce qui remet de grandes quantités de particules en suspension. 
Ces épisodes dits “sahariens” ne sont pas forcément visibles, les particules étant généralement transportées en altitude, entre 1 et 4-5 kilomètres. Mais lorsque ces masses d’air parviennent au sol, les concentrations de poussières en suspension peuvent alors être importantes. 

Plusieurs dispositifs de prévision à grande échelle modélisent différents polluants atmosphériques, notamment les particules assez grossières (dust) souvent d'origine naturelle. Ils se basent notamment sur les services développés et mis à disposition par Copernicus, programme d'observation de la Terre et de son environnement de l'Union européenne. Copernicus dispose de son propre dispositif de prévision quotidienne, dont nous tenons compte pour établir nos propres prévisions régionales et locales. Les épisodes de poussières désertiques tel que celui que nous connaissons en cette deuxième quizaine de juin sont en général annoncés par Copernicus ou des dispositifs équivalents de prévision à grande échelle. Mais si l'arrivée de masses d'air chargées en particules est bien prévue, il est difficile de cerner les territoires qui seront précisément impactés, et à quelle altitude ils le seront. Il n'est en effet pas rare que de tels phénomènes impactent peu en dessous de la couche limite atmosphérique, soit de l'ordre de 1000 à 2000 m en journée. 

Pour en savoir plus sur Copernicus "volet atmosphère" : Copernicus

Pour consulter la prévision "dust" de Copernicus  : Prévision_Dust_Copernicus

 

"L'effet Sahara" aggrave-t-il la pollution de l'air ?

Ces poussières désertiques sont des particules assez grossières, de quelques microns à une dizaine de microns de diamètre (PM10). Du fait de leur diamètre assez important, ces particules ont moins de facilité à pénétrer dans les organismes que les particules fines (diamètes 2,5 microns PM2,5, voire moins) issues de phénomènes de combustion (chauffage au bois, véhiucles à moteur thermique).  

Toutefois, leur quantité peut engendrer des effets sanitaires, a minima une gène, d'autant plus que les concentrations d'autres polluants (ozone) sont assez élevées en cette saison, et que de nombreux grains de pollens sont présents dans l'air ambiant.

Je reste informé(e)

Pour être informé tout au long de l'année, et recevoir des alertes en cas d'épisode de pollution : 

Avec le retour du beau temps, le retour de l'ozone ; et les particules désertiques en embuscade... Wednesday 16 June 2021

ozone_teaser_4.jpg

L'ensoleillement et les conditions météorologiques caniculaires sont favorables aux réactions photochimiques transformant les polluants automobiles et les solvants en ozone. Une augmentation significative des concentrations est attentue à compter du jeudi 12 août et pour plusieurs jours. Dans le même temps, les concentrations de particules pourraient également progresser avec l'arrivée de particules désertiques par vent de sud. Enfin, les pollens d'ambroisie vont être de plus en plus présents.

La situation est donc peu favorable pour la qualité de l'air dans les prochains jours, il convient de se protéger et d'éviter autant que possible les activités émettrices de polluants...
 

Episode de pollution actuel 

Mercredi 11 août

Les concentrations en ozone vont commencer leur progression, après une période assez longue avec une météorologie perturbée favorable à la dispersion des polluants. En effet, un temps ensoleillé, avec des températures très élevées, de forts indices UV et peu de vent  vont favoriser la formation et l'accumulation de l'ozone. Les taux devraient toutefois rester inférieurs aux seuils préconisés. 

Jeudi 12 août

Les températures vont avoisiner les 35°C en de nombreux points du territoire. De plus, les vents seront faibles et de sud, ce qui constitue un facteur aggravant. Le seuil d'information et de recommandations risque d'être dépassé sur le bassin lyonnais nord Isère, la zone des coteaux, l'ouest de l'Ain, la vallée du Rhône, le bassin grenoblois et la zone alpine Isère. Une vigilance jaune est activée sur ces zones. Un épisode de poussières désertiques devrait également toucher la région et contribuer à la dégradation de la qualité de l'air.

Vendredi 13 août

Les conditions météorologiques estivales se maintiendront et les concentrations d'ozone seront encore élevées. L'évolution des particules désertiques est incertaine, mais notre région pourrait encore être impactée.

 

Prochain bulletin demain à 13h30, pour recevoir le bulletin par mail abonnez-vous

 

Qu’est-ce que la pollution à l’ozone ?  
 

la_pollution_a_lozone_expliquee_par_atmo_grand_est_-_youtube_-_google_chrome.jpg

                                                                            La pollution à l'ozone expliquée en 1mn par ATMO Grand Est

 
enjeu_sanitaire_societal.png

 

Voici les gestes à adopter en cas d’épisode de pollution : Episode de pollution à l'ozone : les gestes à adopter

Pour en savoir plus sur les effets de l’ozone sur la santé et l’environnement rendez-vous notre page : « Pollution à l’ozone »  

 

J'agis pour réduire mes émissions de polluants

transports.png

La lutte contre la pollution par l'ozone représente un enjeu majeur dans le domaine de la qualité de l'air, compte tenu de l'impact de cette pollution sur la santé humaine et sur l'environnement. L’équilibre entre les émissions d’oxydes d’azote et de composés organiques volatils détermine les teneurs d’ozone dans l’air. Seules des actions combinées de réduction des émissions de précurseurs peuvent donc permettre de diminuer les niveaux d’ozone dans l’atmosphère.  

 

A court terme : 

  • Je n’utilise pas de produits chimiques comme les solvants ou les peintures, 
  • Je privilégie les transports en commun, le covoiturage et/ou les transports doux, 
  • Je respecte les limitations de vitesse, 
  • ​Je reporte tout déplacement inutile nécessitant l’usage d’un véhicule, Je coupe le moteur lors d’arrêts prolongés
  • ​J’évite toute conduite sportive

Je reste informé(e).
 

application_air.png

Pour être informé tout au long de l'année, et recevoir des alertes en cas d'épisode de pollution : 

 

 

 

Déploiement des Zones à Faibles Emissions Mobilité en Auvergne-Rhône-Alpes - Webinaire à l’attention des collectivités du 3 juin 2021 Monday 14 June 2021

webinaires2x.png

La qualité de l‘air est un enjeu de santé publique prioritaire pour les français. Même si les concentrations de polluants atmosphériques ont globalement baissé depuis 20 ans :

  • certaines zones du territoire français ne respectent toujours pas les seuils de concentrations maximales et sont impliquées dans des contentieux au niveau national ou européen ;
  • l‘exposition chronique de la population à la pollution atmosphérique reste souvent significative dans une grande partie de nos villes.
    Cette pollution atmosphérique représente un coût élevé pour la société, tant d’un point de vue sanitaire, qu’environnemental ou encore économique. Santé Publique France a notamment estimé que 9 % des décès en France étaient attribuables à la pollution de l’air par les particules de taille inférieure à 2,5 µm (48 000 décès par an attribuables à la pollution de l’air dont 4400 en région Auvergne-Rhône-Alpes) et que cette pollution, en sus de représenter un coût sanitaire annuel de plus de 100 milliards d’euros, représentait une perte d’espérance de vie à 30 ans pouvant dépasser deux ans.
    Parmi les secteurs d‘activités à l’origine de cette situation, figure le secteur du transport. Il représente une part prépondérante des émissions d‘oxydes d‘azote (61 % des émissions en région Auvergne-Rhône-Alpes) et une part significative des émissions de particules fines. Parmi ses différentes formes, l‘usage d‘un véhicule ancien reste souvent le plus polluant.

Un dispositif permettant aux collectivités de limiter de manière pérenne la circulation des véhicules les plus polluants sur leur territoire et reposant sur les vignettes crit’air, a ainsi été mis en place en 2015 puis renforcé en 2019 par la loi d’orientation sur les mobilités (LOM) : les zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m).

En Auvergne Rhône-Alpes, deux collectivités ont déjà mis en place de tels dispositifs réglementaires (article 86 de la LOM) et plusieurs autres se sont engagées dans des études d’opportunités dans le cadre de leur PCAET (article 85 de la loi LOM) ;

En rassemblant toutes les collectivités concernées, qu’elles soient obligées ou volontaires, ce webinaire avait pour vocation de rappeler le cadre réglementaire existant et partager les retours d’expériences et outils utiles à l’accompagnement des collectivités dans les phases d’étude (études d’opportunité, études techniques) ou de mise en oeuvre opérationnelle de leurs zones à faibles émissions mobilité.

Ce webinaire s’inscrit dans le cadre de la déclinaison de la stratégie eau air sol de l’État en Auvergne Rhône-alpes, il est réalisé en partenariat avec l’ADEME, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes et le Cerema et son nouveau dispositif des Conférences Techniques Territoriales.

LE PROGRAMME DU WEBINAIRE

09h00 - 09h10 : Accueil
Présentation du webinaire :
Intervenants : DREAL Auvergne Rhône-Alpes - Cerema - ATMO

09h10 - 09h25 : Contexte
Rappel historique et tour d’horizon des initiatives européennes et françaises :
Intervenant : ADEME Auvergne-Rhône-Alpes.

09h25 - 09h45 : Réglementation
Présentation du cadre réglementaire ZFE-m :
Intervenant : DREAL Auvergne-Rhône-Alpes

09h45 - 10h00 : La démarche
ZFEm : Présentation de la démarche et des différentes étapes du processus :
Intervenants : Cerema - ATMO Auvergne-Rhône-Alpes

10h00 - 10h50 : Ressources, outils et méthodes
Comment appréhender l’état de la qualité de l’air ?
Présentation des fiches territoriales "diagnostic qualité de l’air pour l’élaboration des plans d’actions air".
Comment caractériser le parc local et les trafics ? Comment évaluer les impacts sur les trafics et sur la qualité de l’air ?
Intervenants : ATMO Auvergne-Rhône-Alpes - Cerema

10h50 - 11h55 : Retours d’expériences
ZFEm de la métropole lyonnaise
ZFEm de la métropole grenobloise
ZFEm de la métropole clermontoise
Intervenants : Métropole de Lyon / ATMO Auvergne-Rhône-Alpes - Grenoble Alpes Métropole / ATMO Auvergne-Rhône-Alpes- Clermont Auvergne Métropole / Cerema.

11h55 - 12h00 : Clôture
Suites et ateliers
Intervenants : DREAL Auvergne-Rhône-Alpes - Cerema

Présentations du webinaire

Replay du webinaire disponible ne téléchargement jusqu'au 8 juillet 

 

20 juin 2021 : les poussières désertiques encore bien présentes, mais une baisse attendue en deuxième partie de journée Monday 14 June 2021

wavy-sandy-texture-on-the-dunes-in-the-desert-scene-adventure-africa-african-arabian-arabic_t20_vwnqxw.jpg

Depuis vendredi soir, des particules sahariennes sont présentes dans l’air de notre région. Samedi, une forte élévation des concentrations a été constatée. Dimanche, les taux resteront élevés dans la matinée mais la situation devrait s'améliorer en cours d'après-midi, avec l'arrivée d'orages et l'évacuation de la masse d'air vers l'est. 

 

Situation ce dimanche 20 juin 2021 à 12h

En fin de journée de vendredi 18 juin, une élévation assez marquée des taux de particules PM10 a été relevée dans notre région, notamment dans les bassins stéphanois et Lyonnais, et dans l'Ain. 

Samedi 19 juin, la quasi-totalité de la région a été sous influence des poussières minérales désertiques, avec une augmentation des teneurs très tardive dans certains secteurs, en fin d'après-midi. Plusieurs de surveillance ont enregistré un dépassement du seuil journalier d'information. 

Dans la nuit de samedi à dimanche, les orages survenus dans l'ouest de la réion ont conduit à une baisse sensible des concentrations en Auvergne.

Dimanche 20 juin, les taux de particules PM10 resteront élevés en matinée, toujours sous l'influence d'une masse d'air en provenance du sud et chargée en poussières désertiques. Mais cette masse d'air s'évacue progressivement vers l'est, hors de la région. De plus, des orages assez généralisés sont attendus, les pluies devraient permettre de lessiver l'atmosphère. Une baisse de la concentration est donc prévisible, le seuil journalier ne devrait plus être franchi que très ponctuellement, sur quelques sites ayant enregistré de très forts niveaux dans la nuit de samedi à dimanche.

Le risque allergique lié aux pollens est par ailleurs maximal en cette période, du fait notamment des graminées. Pour limiter l'impact sanitaire, n'hésitez pas à consulter la rubrique "Je me protège" un peu plus loin dans l'article. 

Concentrations horaires de particules PM10 (en µg/m3) en quelques sites de la région du 17 juin au 20 juin  à 11h

pm10_data

 

Concentrations journalières de particules PM10 (en µg/m3) mesurées dans les différents sites de la région le 19 juin

pmcarte20juin.png

 

Comment un désert situé à des milliers de kilomètres peut-il contribuer à un épisode de pollution local ?
 

Il n’est pas rare qu’au début de la période estivale ce phénomène se produise. En effet, suite au réchauffement des sols en Afrique, des dépressions se forment et entrainent des vents violents mettant en suspension des grains de sable. Ceux-ci pulvérisent les argiles en percutant les sols, ce qui remet de grandes quantités de particules en suspension. 
Ces épisodes dits “sahariens” ne sont pas forcément visibles, les particules étant généralement transportées en altitude, entre 1 et 4-5 kilomètres. Mais lorsque ces masses d’air parviennent au sol, les concentrations de poussières en suspension peuvent alors être importantes. 

Plusieurs dispositifs de prévision à grande échelle modélisent différents polluants atmosphériques, notamment les particules assez grossières (dust) souvent d'origine naturelle. Ils se basent notamment sur les services développés et mis à disposition par Copernicus, programme d'observation de la Terre et de son environnement de l'Union européenne. Copernicus dispose de son propre dispositif de prévision quotidienne, dont nous tenons compte pour établir nos propres prévisions régionales et locales. Les épisodes de poussières désertiques tel que celui que nous connaissons en cette deuxième quizaine de juin sont en général annoncés par Copernicus ou des dispositifs équivalents de prévision à grande échelle. Mais si l'arrivée de masses d'air chargées en particules est bien prévue, il est difficile de cerner les territoires qui seront précisément impactés, et à quelle altitude ils le seront. Il n'est en effet pas rare que de tels phénomènes impactent peu en dessous de la couche limite atmosphérique, soit de l'ordre de 1000 à 2000 m en journée. 

Pour en savoir plus sur Copernicus "volet atmosphère" : Copernicus

Pour consulter la prévision "dust" de Copernicus  : Prévision_Dust_Copernicus

 

 

"L'effet Sahara" aggrave-t-il la pollution de l'air ?

Ces poussières désertiques sont des particules assez grossières, de quelques microns à une dizaine de microns de diamètre (PM10). Du fait de leur diamètre assez important, ces particules ont moins de facilité à pénétrer dans les organismes que les particules fines (diamètes 2,5 microns PM2,5, voire moins) issues de phénomènes de combustion (chauffage au bois, véhiucles à moteur thermique).  

Toutefois, leur quantité peut engendrer des effets sanitaires, a minima une gène, d'autant plus que les concentrations d'autres polluants (ozone) sont assez élevées en cette saisons, et que de nombreux grains de pollens sont présents dans l'air ambiant.

 

Je me protège

bons_gestes_PM.jpg

 

Je reste informé(e)

Pour être informé tout au long de l'année, et recevoir des alertes en cas d'épisode de pollution : 

Rapport annuel 2020 Atmo Auvergne-Rhône-Alpes - Il est en ligne ! Friday 11 June 2021

Rapport annuel 2020 3eme couverture

A l'issue de son Assemblée Générale qui s'est tenue le 9 juin 2021 Atmo Auvergne-Rhône-Alpes publie son rapport annuel 2020.

A l'ordre du jour de l'Assemblée générale

A l'issue de son Assemblée Générale qui s'est tenue le 9 juin 2021 Atmo Auvergne-Rhône-Alpes publie son rapport annuel 2020.

L'Assemblée générale d'Atmo Auvergne-Rhône-Alpes s'est tenue le 9 juin 2021,  en présentiel (petits comités) sur les différents pôles de l'observatoire et en distanciel par visio, compte tenu de la situation santaire. Dans ce contexte, 3 points d'informations et mise en luimière ont pu être présentés :

  • PRSQA 2022-2025  : présentation de la démarche en cours pour l'élaboration du nouveau Plan Régional de la Surveillance de la Qualité de l'Air ;
  • ZFE: le point sur les travaux  réalisées par Atmo Auvergne-Rhône-Alpes ;
  • TerriSTORY®, un outil web de référence pour les territoires en transition ;
  • Captothèque © : présentation de l'extension du dispositif à 9 autres territoires prioritaires de la région.

L'assemblée Générale a également été l'occasion de présenter l'activité 2020 de l'observatoire et de revenir sur les faits marquants de cette année particulière.​

Sortie du rapport annuel 2020

Le rapport annuel a été approuvé par les membres de l'Assemblée générale. Retrouvez dès à présent l'ensemble des travaux réalisés en 2020,.

 

 

 


© Copyright 2007 - 2021    -    Un bug ? Une idée ? Contactez le Webmaster

Page créée en 0.028254985809326 secondes.